Romain Grancher

Agrégé et docteur en histoire, Romain Grancher est chargé de recherche au CNRS (UMR TEMOS 9016). En 2015, il a soutenu une thèse de doctorat à l’université de Rouen, qui est en cours de réécriture dans la perspective de sa publication aux Presses universitaires de Rennes. Intitulée Les usages de la mer. Droit, travail et ressources dans le monde de la pêche (Dieppe, années 1720-années 1820), elle mobilise le droit et l’anthropologie pour restituer l’expérience des acteurs et des actrices d’une communauté de métier maritime sous l’Ancien Régime à partir de différents fonds d’archives inédits : comptabilités d’armateurs, pièces de procédures civiles engagées devant le tribunal de l’amirauté, enquêtes administratives sur les pratiques de pêche, etc.,

Menées essentiellement depuis des territoires côtiers, ses recherches actuelles portent sur le gouvernement des ressources naturelles en France et en Europe à l’échelle d’une longue période préindustrielle (XVIIe-XIXe siècle) et s’inscrivent à la croisée des champs de l’histoire environnementale, de l’histoire des sciences et des techniques et de l’histoire du droit. Partant des concepts anciens retrouvés à la lecture des documents, elles visent non seulement à historiciser ce que « conserver » ou « ménager » la nature pouvait vouloir dire pour les acteurs et les actrices du passé, mais également à articuler l’analyse de ce vocabulaire historique avec une approche centrée sur les pratiques, les savoirs, les institutions et les dispositifs du gouvernement des ressources (en particulier les huîtres). Ces réflexions sont développées notamment dans le cadre du séminaire « Conserver, mobiliser, restaurer la nature : droits, savoirs et institutions » qu’il coanime à l’EHESS avec Alice Ingold et dans le cadre du séminaire « Commune nature » qu’il coanime à l’université Toulouse Jean Jaurès avec Claire Judde et Solène Rivoal. Il s’intéresse par ailleurs à la place de la mer dans l’historiographie, ainsi qu’aux champs de recherche qui se donnent la mer pour objet ou pour terrain et il a récemment proposé dans article co-écrit avec Michael W. Serruys de rompre avec le grand partage entre la terre et la mer qui continue de configurer largement l’histoire et les sciences sociales au profit d’une approche « terraquée », centrée sur les continuités, les circulations et les symétries entre environnements marins et environnements terrestres.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search