Hayri Gökşin Özkoray

Hayri Gökşin Özkoray est maître de conférences en histoire moderne à Aix-Marseille Université (AMU) et membre de l’UMR 7303 Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale Méditerranée (TELEMMe, CNRS-AMU-Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme).

Après ses travaux sur la captivité en Méditerranée à l’époque moderne, il a consacré sa thèse à L’Esclavage dans l’Empire ottoman (XVIe-XVIIe s.), une histoire totale de l’institution servile à travers ses fondements juridiques, sa dimension sociale et économique, les représentations auxquelles elle donna lieu et les mentalités sociales, politiques et culturelles qu’elle révéla. Soutenue à l’École Pratique des Hautes Études en 2017, cette thèse dont la publication est en cours a obtenu le « Premier prix de thèse 2018 » de l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (ehess) et la « Mention spéciale » (deuxième place) du Prix de thèse 2018 du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage.

Ses recherches se poursuivent dans le domaine de l’histoire du travail en Méditerranée ottomane du XVe au XVIIe siècle. Visant à dépasser la dichotomie anhistorique entre le travail libre et le travail servile, son questionnement principal porte sur les degrés et la sophistication de la coercition dans les relations de travail notamment dans le secteur d’extraction (rizières, salines, mines de bitume, de cuivre et d’argent) dans une large géographie allant de l’Albanie jusqu’en Égypte. La mobilisation de la main-d’œuvre par l’État dans des contextes extraordinaires (grands projets de construction, campagnes militaires d’envergure, déplacements de populations, recrutements forcés pour combler des lacunes démographiques, etc.) fait partie intégrante de ses travaux en cours sur les statuts, la subsistance, les mobilités sociales et spatiales. Il représente la France au sein du projet cost (Coopération européenne en science et technologie) intitulé Worlds of Related Coercions in Work(WORCK). Sa contribution au thème « Pandémies » de la Fondation pour les Sciences Sociales (promotion 2021) a porté sur « Les épidémies de peste et l’histoire du travail dans l’Empire ottoman (XVIe-XVIIe s.) » en situant les dynamiques démographiques et les mentalités au cœur de l’enquête. Dans le cadre de Gouvîles, ses efforts se concentrent sur les transitions vénéto-ottomanes dans l’espace insulaire égéen et méditerranéen oriental, notamment du point de vue du statut des populations conquises et de la mobilisation de la force de travail.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search