François Godicheau

Né en 1971, je suis Professeur des Universités en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès depuis 2015, et actuellement directeur du laboratoire FRAMESPA, UMR 5136. Auparavant, j’ai exercé dix ans comme Maître de Conférences puis Professeur de Civilisation contemporaine de l’Espagne à l’Université Bordeaux Montaigne.

En réalité, au-delà de l’étiquette de “contemporanéiste”, j’ai franchi il y a quelques années la fausse frontière qui sépare l’histoire moderne de l’histoire contemporaine. J’ai commencé à travailler en 1996 sur la guerre civile espagnole de 1936 sous l’angle de l’étude de l’ordre public (dans le camp républicain espagnol, en particulier pendant la deuxième partie du conflit). Après la soutenance de ma thèse de doctorat en 2001 et la publication d’une version remaniée en 2004, j’ai cherché à prolonger mon enquête sur l’ordre public sur une période antérieure. J’avais travaillé sur la reconstruction de l’État à partir des institutions et des pratiques de l’ordre public dans un contexte d’écroulement de l’État lié au putsch militaire de 1936 et à la révolution ouvrière qu’il avait déclenché. Il s’agissait à présent de s’interroger sur les particularités de la construction de l’État contemporain espagnol – étonnant un État qui s’écroule comme un château de cartes en plein XXe siècle – et l’importance de l’ordre public dans sa logique et sa structuration.

Visant au départ la fin du XIXe siècle et le début du XXe, dans un projet qui se voulait comparatif avec les cas argentin et italien, l’enquête a glissé vers l’amont, tout au long du XIXe siècle, puis du XVIIIe, à la recherche des premières manifestations de l’idée d’ordre public et des projets de construction d’institutions de police. Ce glissement a été accompagné par un investissement important en histoire des concepts et en histoire culturelle du droit qui m’a conduit à réfléchir sur l’ordre public comme notion et sur les institutions liées au-delà des seuls terrains hispaniques (mes terrains privilégiés étant devenus, au fil des ans, l’Espagne péninsulaire et l’archipel de Cuba). L’identification d’un paradigme historiographique étatiste – la lente et inexorable construction de l’État moderne puis contemporain – et sa mise en cause par un paradigme couramment appelé juridictionnel permet en effet d’envisager un travail véritablement transnational sur les institutions politiques et leur évolution entre le 18e et le 19e siècle. Au sein du vaste ensemble de problèmes auquel tout cela renvoie, une piste m’intéresse particulièrement : celle de la construction institutionnelle ou équipement politique des territoires aux époques moderne et contemporaine, et la question de la traduction cartographique ou du moins visuelle des pouvoirs institutionnels.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search