« Espaces insulaires et géographies impériales »_compte rendu de la séance 1

Compte-rendu

Séminaire « Gouverner les îles »

Séance du 13 avril 2022, 16h-18h

Université Toulouse-Jean Jaurès

« Espaces insulaires et géographies impériales »

Pour inaugurer le séminaire du programme « Gouverner les îles », Jean-Marc Besse (CNRS, UMR Géographie Cités) et François Godicheau (Université Toulouse-Jean Jaurès, UMR Framespa) ont abordé la production cartographique sur les îles dans ses dimensions géopolitique et impériale. Que nous disent les cartes des modes d’appropriation des territoires insulaires, des trames juridictionnelles qui se déploient au moment de leur conquête par les Européens, de la place des îles dans l’évolution des schèmes de pensée, de compréhension, de représentation du monde du XVe au XVIIIe siècle ? En quoi le détail des cartes montre que les îles ont très tôt été perçues, imaginées ou fantasmées comme des complexes de ressources, des traits d’union géographiques et symboliques ou encore des lieux de convergence globale faisant partie intégrante du monde ?

En revenant sur la composition du livre des îles de Giovanni Botero (1544-1617), Jean-Marc Besse propose de réévaluer l’impact des grandes navigations de découverte sur l’histoire des savoirs et des représentations géographiques, en mettant au centre de son analyse à la fois l’expérience océanique et celle des mondes insulaires, premiers points de contact des navigateurs avec les continents découverts. Le choix de Botero de dédier un livre aux îles ne témoigne pas seulement de sa volonté de rendre compte de la découverte de lieux importants, mais aussi d’une prise de conscience du fait que les mondes insulaires, et plus largement maritimes, constituent un ensemble d’entités géographiques spécifiques sur lesquels les empires portugais et espagnols ont apposé leur contrôle. Le découpage et l’organisation de l’espace mis en œuvre par Botero montrent comment s’opère le passage d’une division continentale du monde à une division maritime au cœur de laquelle les îles jouent le rôle de médiateurs. L’inventaire géo-ethnographique des îles qu’il propose renseigne sur leur importance comme territoires propices aux entreprises de colonisation et d’exploitation des ressources naturelles. Cette compilation des îles, qui ne contient étonnamment aucune carte malgré la richesse des sources utilisées (écrits de navigateurs, correspondance diplomatique, etc.), témoigne d’une reconnaissance de la spécificité de l’espace maritime, océanique et insulaire, dans l’organisation géographique de l’histoire humaine, et met en relief les faits de circulation à l’échelle inter-régionale mais aussi planétaire.

À travers l’exemple de la Cuba espagnole, François Godicheau montre, par l’analyse des cartes produites localement dans la seconde moitié du XIXe siècle, comment la dimension ressource de l’île a progressivement pris le dessus sur sa dimension géographique. Le corpus présenté, d’une infinie richesse (cartes côtières, cartes administratives, cadastres, plans de villes, etc.), révèle la diversité d’instruments de gouvernement que sont les cartes. Il traduit le processus impérial par lequel se projette des institutions sur un territoire perçu comme déficient, à mettre en valeur, à administrer, à défendre. S’articule notamment dans cette production cartographique, le regard administratif (pedaneos, logique de prévention du crime et de la guerre, de consolidation du social) et une logique « plantationnaire », avec l’importation de centaines de milliers d’esclaves et la nécessité renforcée qu’elle faisait peser, d’une discipline sociale accrue, presque militaire. La superposition des vues territoriales en fonction des objets et des relations à figurer sur le papier témoigne ainsi d‘une conception montante d’une raison de gouvernement orientée toute entière à consolider un espace insulaire fragile et à maîtriser l’espace maritime qui l’entoure.

Jean-Marc Besse. « Une autre partie du monde ? Le livre des îles de Giovanni Botero ». Andretta E., Descendre R., Romano A. (dir.). Un mondi di Relazioni. Giovanni Botero nella Roma del’500, Viella, pp.349-368, 2021.

François Godicheau. « Les faubourgs de La Havane (1767-1820) : la croissance inquiétante d’un espace vague ». Arnaud Exbalin; François Godicheau. Administrar los márgenes urbanos de la monarquía hispánica (siglos XVI-XIX), Prohistoria, 2020.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2022, 5 octobre). « Espaces insulaires et géographies impériales »_compte rendu de la séance 1. Gouverner les îles. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search