“La Corse, d’une île « semi-ouverte » à « fermée » ? (xviiie siècle)”, par Erick Miceli

Ce billet[1] s’inscrit dans le prolongement de mes recherches doctorales[2] au sein desquelles je décrivais une société corse au carrefour des souverainetés, c’est-à-dire comment des populations – et en particulier certaines couches et catégories – s’étaient trouvées à devoir choisir d’adhérer à un pouvoir plutôt qu’à un autre.

En 1729, alors que la République de Gênes gère ensemble l’île et royaume de Corse depuis 1453 – via une Convention avec le Banco de Saint-Georges, puis une autre au milieu du xvie siècle –, un soulèvement populaire éclate et se pare rapidement d’une dimension idéologique convertissant la révolte en une série de révolutions. En 1755, Pascal Paoli forme un État qui met en échec les forces républicaines et, face à l’impossibilité de résorber une crise politique réveillant les craintes d’une dislocation du Domaine, les Sérénissimes Sénats s’accordent avec le roi de France sur un transfert de souveraineté : dès l’été 1768, les Français engagent contre les Corses une guerre qui se clôt en mai 1769 par la conquête et la chute du gouvernement paoliste. Le 25 septembre 1770, les députés corses demandent « l’Incorporation » de l’île dans la Couronne. Dans le cadre de notre séminaire dédié aux pratiques d’enquête en terrain insulaire et maritime, je propose une réflexion consacrée à l’étude d’une séquence bien spécifique : lorsque l’administration du Roi Très Chrétien découvre la gestion du territoire insulaire qu’est la Corse, durant la seconde moitié du xviiie siècle. Bien que peu étudié, ce nœud politique est un observatoire pour examiner une société au carrefour de plusieurs souverainetés (génoise, révolutionnaire corse et française), ainsi que la compétition de ces dernières sur un même territoire. Mon propos sera plus spécifiquement orienté sur les questions maritimes : pour les Français, la « cession volontaire des droits de souveraineté que [la République] possédait sur le Royaume de Corse » induit que, désormais, les insulaires jouissent des « avantages […, et] du bonheur […] d’appartenir » au roi de France et, parmi les privilèges, celui de revendiquer le droit de battre pavillon blanc ; or, difficile de dissocier qui des navigateurs locaux sont concernés par le changement de souveraineté. Les Amirautés d’Ajaccio et de Bastia se trouvent dans la nécessité de disposer d’une définition précise afin de savoir qui sont les « sujets naturels corses ».

Cette problématique administrative – qui, on le verra, aura une influence sociétale – va être brouillée par les bourgeoisies citadines, notamment la bourgeoisie maritime bastiaise, qui désirent exclure bon nombre d’acteurs économiques en les faisant désigner comme « étrangers ». Dans ces affaires, nulle dimension idéologique, mais une préoccupation de s’assurer la captivité d’un domaine économique. Ces groupes d’acteurs connaissent un développement et une structuration tout au long du xviiie siècle en dépit, et parfois grâce aux révolutions. Nous sommes donc bel et bien dans la problématique du gouvernement des îles mais, non unilatéralement, puisqu’il s’agira d’examiner comment celui-ci est perturbé par l’action de lobbying des Bastiais qui espèrent infléchir la législation en leur faveur. Si la Corse est conquise par les armes, elle entre dans la Couronne par l’appareil législatif. L’année qui précède la chute du Gouvernement national, entre mai 1768 et mai 1769, près d’une trentaine d’édits sont promulgués par les autorités françaises alors qu’ils seront, par la suite, annuellement moitié moins. Tous prennent part dans une volonté d’adaptation des pratiques quotidiennes locales en vue d’une intégration au corpus français qui, au demeurant, n’adviendra qu’au moment de la Révolution française. Les autorités monarchiques découvrent la gestion d’une île avec une somme de caractéristiques qui leur paraissent, tout du moins, déconcertantes. Les officiers des Amirautés déclarent que dans les premiers temps que l’on « a pris possession de la Corse, on n’a pas voulu y établir pour les patrons les mêmes règles [que celles] qui s’observent dans les ports de France pour ne point rebuter les naturels du pays par des formalités qui leur étaient inconnues ». Le même s’étonnait de l’absence de professionnalisation des hommes qui, même inexpérimentés, s’engagent dans la navigation : « Il n’y a aucune règle établie pour les navigateurs qui veulent commander des bâtiments, ils m’ont exposé que quiconque veut commander a la liberté de le faire sans aucune formalité ».

Outre les pratiques, la surprise concerne également l’organisation de l’espace ainsi que la structuration des flux insulaires qui ne passent pas par le trafic routier, mais par le littoral via le « cabotage ». La République de Gênes ne gère finalement pas la Corse comme une île, mais comme sa troisième Rivière ; seule différence : l’absence d’une flotte permanente. Hormis les hautes montagnes pour la plupart dénuées d’habitats permanents, la Corse est dans sa géomorphie  proche de la Ligurie et se décline en une succession de vallées façonnées par des cours d’eaux. Souvent, à leur embouchure, se trouve une des tours dites « génoises » qui se déploient principalement à la fin du xvie siècle et sont, pour quelques-unes, les œuvres du Banco de Saint-Georges, du Magistrato delle Seminiere e delle fabriche delli torri puis du Magistrato di Corsica. Si ces édifices disposent originellement d’une vocation défensive contre les Infidèles, l’effondrement du phénomène de la fin du xviie siècle les dispose à prendre une fonction commerciale. Certaines seront même privatisées ou louées par des particuliers ainsi que par des institutions religieuses. Ces interfaces maritimes forment des seuils entre terre et mer où les navires s’arrêtent récupérer les ressources mises à dispositions par les habitants (eau, marchandises agricoles et artisanales) ; c’est d’ailleurs dans ces lieux que s’observent les plus belles réussites économiques : c’est près de la tour de la Padulella à Moriani que les financiers De Battisti déploient leurs entreprises, à savoir des zones agricoles (blé, vignes, châtaigniers, etc.), artisanales (vin, huile, ferrières) et surtout des aménagements dédiés aux navigateurs (entrepôts, magasins et auberges). Le gouverneur Ambrogio Imperiale écrira que la richesse et le trafic était tels qu’on s’y serait cru dans un « second Cap Corse » !

Les mobilités passent donc de tour en tour par de petites embarcations via ce que les Français désignent comme le « petit cabotage » ; si ce phénomène existe ailleurs, le local mécontente les officiers des Amirautés qui ne le tolèrent que provisoirement : « Le bien général […], écrit l’un d’entre eux en 1772, ayant paru exiger que l’on tolérât la navigation que les patrons au petit cabotage entreprenaient […] pour les besoins et approvisionnements du pays ». Au regard des républiques génoise et corse qui n’ont jamais cherché à altérer la structuration littorale des flux, les Français entreprennent, eux, une gestion territoriale au travers d’axes routiers qui, s’ils n’étaient guère inexistants, n’étaient pas les principaux : d’une part, pour cause de temps de trajets bien plus importants pour des marchandises lourdes ainsi que du fait des insécurités liées aux banditismes. L’administration monarchique mise sur les axes routiers à grand renfort de mulets. Dès avril 1769, plusieurs tartanes chargées de bêtes de somme quittent Toulon pour Bastia et Saint-Florent ; pour celles déjà présentes sur l’île, leur mise à disposition est règlementée selon un tarif journalier. La France n’achèvera qu’au début du xixe siècle la constitution du grand axe Bastia-Ajaccio, en employant des déportés haïtiens et guadeloupéens. Sur le moyen terme, une telle politique conduira à l’effacement progressive du « petit cabotage » et, de fait, de l’enclavement de vallées et régions qui, jusqu’alors, participaient de la « route » littorale ; dès lors, se renforce aussi l’ethnotype romantique d’un Corse montagnard ne voyant la mer que de loin.

En Corse, c’est donc le flux qui distribue les richesses et, force est de constater que la performance économique des interfaces maritimes est déconnectée de leur urbanité. Vers 1630, Bastia, capitale de 5.000 habitants, n’est que le dixième port de l’île, dominé de loin par des escales non urbaines ou faiblement urbanisées. Près de 80 % du trafic passe par le Cap Corse. Algajola, petite bourgade fortifiée de Balagne, est huitième tandis qu’Ajaccio est quatrième ; signe, déjà, d’un trafic structuré sur le littoral historique de l’île, à savoir l’occidental. Cette structuration est, déjà à l’époque génoise, source d’étonnement au point que la République décide en 1652 de déplacer la capitale vers Calvi, dix-neuvième port, mais préside réputé et surtout moins ouvert aux natifs de l’île que ne l’est Bastia. En 1659, le Magistrato di Corsica fait machine arrière et décide l’aménagement d’un véritable port ; ce chantier d’ampleur s’étend au moins de 1671 jusqu’en 1701. La ville parvient ainsi à attraper une bonne partie du rôle distributeur que détenait le Cap Corse et, au xviiie siècle, elle s’est alignée sur le modèle des cités-portuaires continentales. À l’été 1734, 44 % des produits entrant dans le port proviennent de Gênes quand près de 33 % de Livourne (suivi par Naples à 9%, la Sardaigne à ± 5 % et, enfin, les « Rivières françaises » pour ± 5 %). Deux axes commerciaux coexistent désormais comme en témoignent les registres de l’ancrage de 1742 : 30 % des navires proviennent de l’axe historique, c’est-à-dire du Cap Corse, puis tout autant depuis Capraia. Cette dernière, dépendante du royaume de Corse, connaît un fort enrichissement concomitant à l’émancipation internationale de la République aux xviie-xviiie s., au point que sa population soit multipliée par cinq sur près d’un siècle, de 400 âmes à près de 2.000. Tout ceci favorise l’installation en Corse de ressortissants du Domaine et, plus spécifiquement, dans les présides comme Bastia.

En réaction à l’arrivée d’acteurs nouvellement venus sur le territoire ainsi que des révolutions, les bourgeoisies maritimes locales poursuivent leurs démarches d’organisation et de structuration. L’università des pêcheurs de Bastia appartient à l’une des quatre actives (aux côtés de celle des acconciari, des calzolari et des marins) dans la cité et est, de loin, la plus dynamique. Regroupant une soixantaine d’individus, du petit pêcheur jusqu’aux grandes familles, ce « petit monde fermé où les liens familiaux sont étroits » est rendu solidaire via les alliances maritales. L’università possède d’importants moyens financiers puisque disposant d’une bibliothèque, semble-t-il importante, dans l’église du port, Saint-Jean-Baptiste. Les pêcheurs sont peut-être parmi les premiers « présidiens », c’est-à-dire habitants des présides, à être confrontés à l’affirmation de l’État national sous l’égide de Pascal Paoli qui, à l’aune d’une stratégie que je désigne comme de l’« État-alternatif », se propose aux pêcheurs comme la solution au problème qu’il leur cause. Ce phénomène se rend précisément visible dans le sud de Bastia où l’activité se concentre dans l’étang de Chiurlino. Les paesani, terme qui désigne littéralement les hommes du pays (bien qu’il soit difficile, dans de telles actions, de distinguer le bandit du patriote), s’embusquent sur les berges et tirent sur les embarcations. Plusieurs suppliques de pêcheurs ainsi que de l’università de pescatori font état d’une activité qui, si elle n’est empêchée, est fortement contrariée. Les autorités génoises essayent péniblement de contenir cette problématique en renforçant le fortin présent sur l’ilot d’Ischia Nova ainsi qu’en fabriquant un pont supportant un canon. L’on organise également des sessions de tirs aveugles sur les buissons.

Plus au sud, pour les étangs de Diana et d’Urbino, plusieurs documents attestent de la stratégie de Paoli visant à s’appuyer sur des hommes pivots : dès la mi-novembre 1759, Paoli cherche à obtenir le soutien d’un certain Paolo Girolamo Brignole, homme un temps installé à Bastia mais désormais dans le Campoloro – il y sera encore en 1769 –. Le Gouvernement national le favorisera en lui octroyant des avantages économiques conséquents : l’appalto du sel d’abord puis l’obtention d’une ferrière vers le Fiumalto. Brignole participera même à une Società del Sale en 1766 et, dans l’ensemble, il est un des financiers proches du Gouvernement. Mais pourquoi Paoli se tourne-t-il vers lui ? Ce Brignole né vers 1705 mène une carrière militaire puisque sergent à Bastia vers 1740 et, à cette même période, il est prieur de la confrérie de la Santa Croce dont l’oratoire est installé dans la citadelle.

L’oratoire s’inscrit dans une géographie urbaine du pouvoir en étant au cœur de l’espace politico-religieux ; le tout, en étant au cœur de la citadelle que les révolutionnaires ont éprouvé à plusieurs reprises. La construction de la bâtisse commence le 12 janvier 1542 sur un terrain appartenant à la basique Saint-Jean-de-Latran. Vers 1600, cette structure est détruite pour fabriquer l’actuelle de style rococo.

Intérieur de l’oratoire de la confrérie de la Santa Croce de Bastia. L’édifice restauré au milieu du xviiie siècle est classé aux Monuments historiques depuis 1931. La structure est, aujourd’hui, fermée au public du fait d’un incendie survenu en 2021. (Source : Wikicommon)

La Santa Croce aurait été fondée suite à la découverte par des pêcheurs d’un Christ de bois noir et appartient au paysage culturel maritime local. Elle occupe une place nodale dans la sociabilité bastiaise car regroupant bon nombre de bourgeois actifs au point que, le 18 mai 1768, Pascal Paoli verse 90 lires à cette confrérie ainsi qu’à celle de la Conception et de Saint-Roch, tout comme l’avait fait quelques années plus tôt l’« irrégulier » Séraphin-Marie Rouilt marquis de Cursay. Tous deux, tentent pareillement d’infléchir les milieux bourgeois par l’argent. Or, le 26 août de la même année, le marquis de Chauvelin débarque sur l’île et annonce les termes du traité de Versailles impliquant le transfert de souveraineté. Il intime aux hommes de mer de se rendre auprès des autorités afin de se déclarer. À partir du 28 mai – donc suite à la diffusion de l’information du traité de Versailles –, bien des patrons bastiais avaient délaissé le pavillon génois ou l’impérial pour le français à l’image de Bartolomeo Bonavia, Giuseppe Santelli ou encore les frères Cecconi. L’adhésion rapide de la bourgeoisie bastiaise vers la France donne un élan aux partisans du roi qui, en bien des sens, détermine celui des milieux économiques qui leur sont attachés à l’instar du notaire Giuseppe Maria Massesi de Bastia. Durant la décennie 1740, celui-ci accueillait dans son étude les università maritimes puis avait formulé son adhésion aux patriotes. Même schéma en Balagne, chez les petits financiers que sont les Arena qui se tournent précocement vers les Français ; somme toute, la décision pragmatique des milieux politiquement et économiquement actifs détermine le basculement des principales forces de la société vers la monarchie française.

Une fois la conquête achevée, l’università des pêcheurs bastiais tente de renforcer ses positions et, pour ce faire, elle dispose de sérieux atouts face aux hommes de mer originaires des Rivières qui, s’ils sont nombreux, ne sont guère organisés. Dès 1773, l’università porte devant l’Amirauté le fait que des « pêcheurs étrangers » viennent pratiquer leur activité sur le littoral et qu’ils disposeraient contre les « pauvres pêcheurs de la cité » d’un avantage concurrentiel car faisant usage de matériels interdits comme le filet tartarone ! Si l’origine des « étrangers » n’est guère mentionnée, d’autres documents indiquent que sont visés les Capraiais ; In fine, les administrations maritimes se trouvent confrontées à la problématique de définir ce qu’est un « pêcheur étranger » et, in extenso, de pouvoir les distinguer de ce que les Amirautés considèrent comme des « sujets naturels corses ». Passons du cas des pêcheurs à celui des navigateurs. Les individus ayant des « intérêts » dans le milieu maritime sont tentés de demander, dès la fin mai 1768, l’autorisation d’arborer le pavillon monarchique qui est, notons-le, particulièrement prisé en Méditerranée eu égard aux liens du Très Chrétien avec les Turcs. Les nazionali genovesi sont d’ailleurs, de l’avis même de plusieurs consuls de la Sérénissime République, des tricheurs coutumiers du changement de pavillon en fonction des ports dans lesquels ils se présentent. Nombreuses sont les affaires de « fraudes » présentées devant toutes les autorités portuaires.

En Corse, les Amirautés se trouvent à devoir fixer les conditions matérielles permettant de définir ce qu’est un « sujet naturel corse » : d’abord, c’est une naissance, sinon, c’est un mariage avec une fille corse (ou française) ainsi que l’achat d’un bien immobilier. L’on adjoint ensuite un délai de temps, au moins six ans. Puis, reste à déterminer ce qu’est une union maritale « solide » et non une intéressée. À mesure que les années passent, les conditions s’entassent et deviennent un enchevêtrement d’exigences qui brouillent bien davantage qu’elles ne font avancer les dossiers. D’autant plus que les populations extérieures à l’île sont nombreuses à participer de son économie maritime : par exemple, les membres de la colonie des Grecs maïnotes accueillis en 1676 à Paomia puis à Ajaccio peuvent être considérés comme des « Corses » à condition d’être nés après le 21 octobre 1727. Le cas des Ligures est quant à lui complexe : les frères Giovanni et Pasquale Reggio sont tous deux mariés et possèdent des biens sur l’île. Mais leur mariage est-il suffisamment solide ? L’officier de l’Amirauté se trouve à décrire au Ministère toutes sortes de menus détails pour trancher ; d’autres cas problématiques existent comme ceux qui se sont mariés en Corse avec des femmes originaires de Toscane, de Rome ou encore de Naples.

Dans cette profusion de cas, il faut dire que les agents français se trouvent pris dans leurs propres contradictions : dans le cadre d’une politique globale que l’on désigne comme la « Régénération » de la Corse, les données maritimes forment un marqueur comptable suggérant une hausse du commerce que l’on attend et espère. Dans le même temps, les administrations veulent démontrer qu’elles sont aussi une autorité qui doit être crainte par ses nouveaux sujets que l’on sait remuants, et, plusieurs cas déboulent sur des sanctions exagérées qui n’ont nul autre intérêt que de le rappeler. Ainsi, lorsque le patron Stefano Duce demande le pavillon, on va lui chercher un suspicieux abus qui le fait écoper d’une peine de 2.000 lires, peine immédiatement réduite à 200 lires.

Exemple de page du registre de l’Amirauté de Bastia. (Source : Archives de la Collectivité de Corse, Bastia, 19P1/1)

Comme on le voit, en aidant les Amirautés à percevoir partout des « étrangers », les cités littorales se coupent progressivement d’une partie de leurs forces vives maritimes originaires de Ligurie et de Toscane et, ce faisant, la société perd une partie des populations disposant d’une forte tradition maritime. Ajouté à la politique terrestre de l’administration française, ceci ouvre la voie à un appauvrissement de territoires devenant désormais un arrière-pays de modestes cités portuaires. Il reste que même si le milieu maritime bastiais se renferme sur lui-même, il connaît un accroissement de ses ressources comme en témoigne le nombre d’équipages formés à Bastia qui, de 1771 à 1779, tombe de 190 à 120 navires puis remonte à 180 à la veille de la Révolution française. L’on assiste à une concentration des capitaux.

Pour conclure, notre réflexion apporte des éléments quant aux perturbations possibles d’une gouvernance quand celle-ci n’est guère accompagnée par les élites locales ou, du moins surtout, quand ces dernières suivent leurs intérêts propres. In fine, si le dernier tiers du xviiie siècle n’a pas été regardé comme le temps de grandes mutations de la société locale, mon propos invite à réviser notre conception de l’intégration de la Corse et des Corses dans la géographie liguro-toscane durant la période Moderne. En d’autres termes, nous pouvons nous demander si, avec les premiers temps de la gestion française, la Corse n’enclencherait-elle pas, pour reprendre la typologie de Michel Fontenay, la transition d’une île « semi-ouverte » à une « fermée » ? La question est posée, le chantier est à ouvrir.

Erick Miceli

Docteur en Histoire moderne


[1] Ce texte reprend la communication quelque peu remaniée de celle présentée lors de l’atelier doctoral des 14-17 février 2023 à l’École française de Rome ; il me tient à cœur de remercier les organisateurs pour la qualité de l’évènement ainsi que l’ensemble des participants pour les nombreux échanges.

[2] Erick Miceli, La Corse entre trois souverainetés, 1750-1770. Dynamiques politiques, intellectuelles et ambitions personnelles durant le “moment paolien” des crises révolutionnaires corses, Thèse pour le doctorat en histoire moderne, Université de Corse – Università degli studi di Genova, 2022, 1408 p.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2023, 5 avril). “La Corse, d’une île « semi-ouverte » à « fermée » ? (xviiie siècle)”, par Erick Miceli. Gouverner les îles. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search