Retour sur le premier atelier doctoral Gouviles (3/3) avec Meryl Lavenant

Retour sur l’Atelier doctoral « Pratiques d’enquête en terrain insulaire et maritime, XVIe-XXIe siècle » qui s’est tenu du 14 au 17 février 2023 à l’Ecole Française de Rome, en partenariat avec le laboratoire Framespa (UMR 5136) et le labex SMS.

Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes, et nous dire sur quoi portent vos recherches ?

Je m’appelle Meryl Lavenant, je suis doctorante en histoire à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne. Dès le master, je me suis intéressée à l’histoire impériale russe, et en particulier au sud de l’Empire. Ma thèse étudie la mer Noire comme espace et objet de la construction impériale russe, à partir du traité de Küçük-Kainarca (1774). Au croisement de l’histoire impériale et de l’histoire maritime, je m’intéresse à la façon dont un empire de tradition continentale entreprend de s’approprier cet espace maritime. Je cherche à comprendre la nature de la dynamique méridionale d’expansion et de développement (territorial, portuaire) engagée sous Catherine II, dont un des moments les plus célèbres est l’annexion de la Crimée (1783). J’aimerais parvenir à évaluer la dimension proprement maritime de ces projets, et l’importance de la mer Noire, dans le cadre plus large de la construction impériale russe.

A l’archivio di Stato de Naples

Était-ce la première fois que vous participiez à un atelier doctoral ? Quelles sont vos attentes en général pour ce type de manifestations, et quels étaient vos attentes pour celui-ci ?

Il s’agissait de mon premier atelier doctoral. Je ne savais pas exactement à quoi m’attendre ; j’étais intéressée par la possibilité de discuter de questions relatives aux sources et méthodes de l’histoire des espaces insulaires et maritimes. Du fait de la guerre menée par la Russie en Ukraine, je ne peux consulter les fonds ukrainiens et russes qui devaient être au cœur de mon travail. Je cherche donc à développer des approches alternatives, en m’appuyant sur d’autres documents, en particulier sur des fonds consulaires et sur divers imprimés russes du dix-neuvième siècle. Cela suscite de nombreuses interrogations sur ce que tel document, tel fonds, permet ou non d’écrire, sur la forme que peut prendre telle ou telle étude. J’étais heureuse de l’opportunité que représentait cet atelier de discuter de ces questions méthodologiques et épistémologiques avec mes camarades.

Y-a-t-il une thématique abordée pendant cet atelier qui vous a particulièrement intéressé, et pourquoi ?

Je travaille sur des questions liées à l’empire, au pouvoir, à l’appropriation ; j’ai donc été particulièrement intéressée par la réflexion présentée par Guillaume Calafat, autour des liens entre îles et souveraineté. J’ai été frappée par la façon dont le juriste Bartole mobilise, au quatorzième siècle, le droit romain pour penser la juridiction sur des espaces maritimes, insulaires et fluviaux. J’ai aimé découvrir comment ces théories ont ensuite été mobilisées faisant d’une île un marchepied, pour étendre ainsi, toujours plus loin du rivage continental, la souveraineté d’un prince sur l’espace maritime.

J’ai aimé découvrir comment ces théories ont ensuite été mobilisées faisant d’une île un marchepied

Que vous ont apporté les échanges avec les formateurs et les doctorants d’autres disciplines que la vôtre ? Le fait de se côtoyer pendant près d’une semaine, c’est plutôt enrichissant… ou fatiguant ?

Non, au contraire, cela n’a rien de fatiguant. J’ai beaucoup apprécié de faire de nouvelles rencontres, comme de retrouver des visages connus : j’ai ainsi revu avec plaisir Petros Kastrinakis et Minas Antypas, dont j’avais fait la connaissance à l’été 2022, pendant un séjour de recherche à l’Institute for Mediterranean Studies, que dirige Gelina Harlaftis à Rethymno, en Crète.
L’ensemble de l’atelier s’est déroulé dans une ambiance bienveillante ; il était plaisant de pouvoir poursuivre la discussion en dehors du cadre de l’atelier, une fois la journée terminée, ou lors des pauses. Le cadre convivial qu’est l’EFR est extrêmement propice à de tels échanges.
Enfin, la présence de doctorants spécialistes d’autres disciplines était tout à fait enrichissante : elle permet à la fois de comparer les questionnaires et de s’ouvrir à d’autres approches. Au-delà des frontières disciplinaires, l’atelier m’a aussi permis de découvrir la grande diversité des sujets de mes camarades. J’ai autant apprécié en savoir davantage sur les logiciels de démographie historique, que sur les dynamiques politiques en Sicile, ou sur les conflits entre pêche et protection des espaces en Algérie.

Vous avez effectué une sortie à Naples pour visiter l’Archivio di Stato et le musée Cartastorie, qu’avez-vous pensé et retenu de cette sortie ?

Je devais me rendre, une fois l’atelier terminé, à l’Archivio di Stato di Napoli ; cette visite m’a donc donné un avant-goût de la ville, que je ne connaissais pas, comme du centre d’archives. La présentation de Paola Avallone et Raffaela Salvemini, autour des documents conservés à Naples qui permettent de travailler l’histoire maritime du Mezzogiorno, permettait en outre de se familiariser avec les fonds conservés à Naples, ce qui m’a été très utile.
Quant au musée Cartastorie, j’ai été fascinée par les archives bancaires napolitaines et leur système d’inventaire complexe, que les animations pédagogiques rendent limpide. Je trouve que c’est une belle réussite.

Une fois que vous aurez terminé votre thèse, avez-vous un objectif professionnel en particulier ?

Il reste encore du travail… mais j’aimerais pouvoir continuer à enseigner et à travailler sur l’Empire russe. Ou peut-être sur l’Empire ottoman, si j’arrive à me remettre au turc.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2023, 23 mars). Retour sur le premier atelier doctoral Gouviles (3/3) avec Meryl Lavenant. Gouverner les îles. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search