“Transinsularités ottomanes”_compte rendu de la séance 6

Par Pauline Guéna, chargée de recherche au CNRS (UMR TELEMMe 7303)

La première séance de l’année 2023 réunissait Elisabetta Borromeo (Collège de France-CNRS/CETObac) et Hayri Gökşin Özkoray (AMU/UMR TELEMMe), tous les deux spécialistes de l’espace ottoman à l’époque moderne. Ils interrogeaient le concept d’insularité ou de « trans-insularité » ottomane : Elisabetta Borromeo à travers le cas des îles de la mer Égée au XVIIe et XVIIIe siècle, et Hayri Özkoray à travers le dossier de la transition de Chypre du pouvoir vénitien vers le pouvoir ottoman.

Elisabetta Borromeo commence par revenir sur le terme de trans-insularité en expliquant qu’il serait particulièrement bien adapté à une perception ottomane. En ottoman, ada ou cezire désignent indifféremment une île, mais aussi des presqu’îles ou d’autres espaces côtiers, d’où l’idée d’une vision large de l’insularité. Ainsi les îles de la mer Égée appartiennent à la « province des îles de la mer Blanche », attribuée au kapudan paşa, qui comprend également des provinces côtières. Ce concept a déjà été développé dans le recueil d’article de 2004, Insularités ottomanes, dirigé par Gilles Veinstein et Nicolas Vatin, qui s’inscrivait dans le développement d’une histoire maritime ottomane aujourd’hui active.

Elle se penche sur le cas des Cyclades à partir de deux types de source. D’une part les rapports annuels des Jésuites de la Propaganda Fide, qui visitent (ou en tous cas nomment) 23 îles, presque toutes dans le sançak de Naxos. Les missionnaires y font un trajet qui n’est pas celui des marchands latins ou des ambassadeurs, et apportent donc des informations différentes, plus attentives à la vie locale. Ils résident un temps sur place puis cherchent un bateau pour voyager d’île en île, en remarquant que les insulaires forment l’essentiel des équipages mais aussi des passagers. D’autre part Elisabetta Borromeo mobilise les documents ottomans préservés à Venise, qui viennent confirmer que la présence administrative ottomane était légère, ce qui favorisait le pouvoir des notables grecs. Pourtant la dépendance commune aux autorités ottomanes, même sur une autre île ou sur le rivage, renforce le sentiment d’appartenance des insulaires.

Enfin, les Cyclades forment un espace marqué par la piraterie et la guerre de course, surtout avec des pirates chrétiens, ce qui montre que le pouvoir ottoman n’a qu’une maîtrise partielle de cet espace maritime. Les insulaires sont alors de possibles appuis pour les corsaires. Une autre forme de solidarité visibles entre insulaires seraient le secours apporté en cas de naufrage.

Sur le terrain chypriote, Hayri Özkoray rappelle quant à lui les conditions de la transition après la conquête de 1571. Passée sous contrôle vénitien en 1489, l’île avait connu une forte croissance démographique (de 100 mille à 190 mille habitants). Puis la conquête entraîne des destructions et malgré les efforts ottomans (déplacements de main d’œuvre par exemple), ce niveau démographique n’est pas plus atteint jusqu’à l’époque britannique. Le recensement de 1572, un document exceptionnel, montre que les Ottomans n’avaient alors pas une vision claire des richesses de l’île.

Du point de vue de l’histoire du travail, ce changement de juridiction transforme les statuts. (À l’époque vénitienne, une partie des statuts hérités des Lusignan avait été maintenue, même si l’État vénitien était devenu le premier propriétaire de l’île.) Par exemple, à la veille de la conquête ottomane, environ 70 mille serfs et 95 mille tenanciers libres travaillaient la terre, ces derniers gardant tout de même des obligations (tels que des travaux publics dus jusqu’à 60 ans…). Chypre est donc un laboratoire de domination ottomane sur une grande île, relativement bien documenté et riche d’une dense historiographie (Benjamin Arbel, Vera Costantini…) qui permet de poser la question de l’insularité de différentes manières.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2023, 20 mars). “Transinsularités ottomanes”_compte rendu de la séance 6. Gouverner les îles. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search