Les pratiques alimentaires des gens de mer à Saint-Malo au début du XVIIIe siècle, par Denis Le Guen

Croisement entre les archives judiciaires et l’archéologie sous-marine

Le croisement des archives judiciaires et de l’archéologie sous-marine permet de renouveler notre regard sur l’alimentation des gens de mer, au-delà des quelques allusions relevées dans les journaux de bord ou des grandes ordonnances fixant les rations quotidiennes distribuées aux matelots. En prenant l’exemple de la course à Saint-Malo au début du XVIIIe siècle, il s’agit d’abord de mettre en valeur les interactions sociales qui se nouent lors de ce moment fort de la sociabilité qu’est le repas, puis de montrer que le navire est aussi un laboratoire des pratiques nouvelles, à l’heure où les contacts de l’Europe avec le reste du monde bouleversent en profondeur les sociétés de l’époque moderne.

Le naufrage de la Dauphine à Saint-Malo en 1704

Les données archéologiques proviennent de l’épave de la Dauphine, une frégate corsaire qui a fait naufrage au large de Saint-Malo au début de la guerre de Succession d’Espagne (1701-1713). Les fouilles ont été réalisées par les archéologues du DRASSM, Michel L’Hour et Elisabeth Veyrat, entre 1999 et 2008, et ont permis de remonter à la surface des milliers d’objets archéologiques. A l’avant du navire, la concentration de vestiges culinaires indique l’emplacement des cuisines : structures en brique de la chaudière, avec ses chaudrons et ses marmites, vaisselles d’étain mais aussi gamelles et cuillères en bois, barriques et futailles dans lesquelles se trouvent encore des restes zoologiques. Un quart environ des objets retrouvés sur l’épave sont liés à l’alimentation.

Vaisselle d’étain, de cuivre et de verre de l’épave de la Dauphine, 1704
(Cliché F. Osada, ADRAMAR / DRASSM)

A ces vestiges, les archives font écho. Elles correspondent aux pièces et procédures de l’Amirauté de Saint-Malo au début du XVIIIe siècle et apportent des informations précieuses sur l’alimentation des gens de mer. La vente aux enchères des navires nous renseignent par exemple sur les vivres embarqués et les ustensiles de cuisine. Les inventaires après-décès dressent la liste des effets personnels. Les procédures civiles et criminelles elles-mêmes sont particulièrement intéressantes car elles évoquent, de manière presque accidentelle, les pratiques alimentaires lors de ce moment fort de la sociabilité qu’est le repas : une altercation survient, des témoins décrivent alors ce qu’ils mangent, quand le conflit ne réside pas dans l’organisation du repas lui-même.

Interrogatoire du matelot François Duval, mutin sur la frégate corsaire le Marquis de Guémadeuc, en 1704. Les mutineries sont souvent déclenchées par la détérioration des vivres. Dans cette affaire, la révolte éclate quand les matelots jettent à la mer les bidons de cidre qui les rendent malades.
(AD 35, 9B 225 2, octobre 1704)

La table et la gamelle : le navire, microcosme de la société d’Ancien Régime

Les procédures de l’Amirauté de Saint-Malo opposent sans cesse la gamelle des matelots et la table du capitaine, consacrant ainsi la hiérarchie sociale. Les bouteilles en verre et les plats en étain découverts de leur côté sur l’épave de la Dauphine révèlent bien des goûts, des manières de table et des stratégies de distinction chez ces officiers enrichis par le commerce et soucieux d’ascension sociale. Ces assiettes, ainsi que les couverts et le mobilier qui leur sont associés, sont particulièrement nombreuses pour des navires parfois de taille modeste. Elles attestent une pratique relevée ailleurs dans les archives, l’habitude de recevoir à table les officiers d’autres navires, ou les partenaires commerciaux lors des escales, afin de négocier ou de mettre au point des stratégies militaires ou commerciales. Les nappes, les chandeliers et les beaux couverts en étain sont alors servis pour l’occasion.

Une bouteille de vin calée dans un plat en étain sur l’épave de la Dauphine, 1704
(Cliché F. Osada, ADRAMAR / DRASSM)

Les bouteilles de vin retrouvées sur l’épave sont souvent calées avec les assiettes et les plats en étain. Ces ensembles indiquent le souci de protéger ces objets des mouvements du navire mais aussi leur manipulation au cours du voyage. La bouteille est un objet de service et non de conservation, les breuvages étant conditionnés dans des barriques en fond de cale. Les officiers comme les matelots bénéficient d’ailleurs d’une relative liberté pour accéder aux vins et aux eaux-de-vie. Ils prélèvent des parts sur leurs rations et constituent des stocks, les achètent et les troquent sur le navire ou lors d’une escale, les partagent entre camarades entrepont. Les bouteilles en verre permettent alors de stocker temporairement les alcools et servent d’unités de mesure pour les échanges à bord.

La capacité des matelots à profiter d’une pause, d’un temps mort ou d’une escale pour boire, se restaurer, partager vivres et gamelles entrepont est regardée avec suspicion par les officiers. La prétention à faire bonne chère trouble en effet l’ordre social. Dans les affaires traitant de la mort suspecte d’un matelot, les mêmes versions s’affrontent presque à chaque fois. Pour les accusateurs, le matelot est mort des coups et des privations de ses officiers. Pour ces derniers, cette mort n’est due qu’à une succession d’excès. Lorsque des barriques sont pillées par des membres de l’équipage, les restants de vin retrouvés dans les gamelles des accusés sont à la fois, pour les témoins, un premier élément à charge et le signe évident d’un désordre social.

Le navire, laboratoire de nouvelles pratiques alimentaires

Certains objets révèlent cependant un processus de transformation et d’individualisation des pratiques alimentaires. En mêlant des hommes d’origines et de conditions diverses, en les mettant en contact avec d’autres mondes, le navire est un laboratoire dans lequel les pratiques et les goûts évoluent. L’épave de la Dauphine a livré par exemple des fragments de noix de coco retravaillés afin de servir de récipients ou de cuillerons. Ces objets font penser aux cocos de la marine espagnole dont le bois est parfois finement ciselé et garni d’anses en métal et aux nombreux exemplaires exposés dans les cabinets de curiosité. Des fragments de noix de coco retravaillés se retrouvent sur un nombre important d’épaves, comme dans les inventaires après-décès des marins habitués des voyages vers les îles et du trafic de pacotilles.

Fragments de noix de coco de l’épave de la Dauphine, 1704
(Cliché T. Seguin, ADRAMAR / DRASSM)

Ces vestiges montrent l’accès des membres de l’équipage à toute une gamme de produits exotiques. Les gens de mer semblent jouer, à ce titre, un rôle important dans l’acculturation des nouvelles denrées alimentaires. Les matelots de Saint-Malo troquent avec les Indiens à Terre-Neuve, se procurent de la viande en Afrique, du sucre ou du cacao aux Antilles. A Saint-Domingue en 1701, deux d’entre eux confectionnent dans l’entrepont de leur navire, le Pontchartrain, un plat créole avec de l’eau-de-vie, du pain, du sucre et du jus de citron. Cette préparation se retrouve dans la gamelle de certains membres d’équipage et suscite la méfiance des autres. Elle est appelée Souscaï dans les archives, un nom créole qui appartient toujours aujourd’hui au patrimoine culinaire des îles.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2023, 6 mars). Les pratiques alimentaires des gens de mer à Saint-Malo au début du XVIIIe siècle, par Denis Le Guen. Gouverner les îles. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search