Retour sur le premier atelier doctoral du programme Gouviles (2/3) avec Rabia Yahia Meddah

Retour sur l’Atelier doctoral « Pratiques d’enquête en terrain insulaire et maritime, XVIe-XXIe siècle » qui s’est tenu du 14 au 17 février 2023 à l’Ecole Française de Rome, en partenariat avec le laboratoire Framespa (UMR 5136) et le labex SMS.

Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes, et nous dire sur quoi portent vos recherches ?

Je m’appelle Rabia Yahia Meddah et je suis doctorante au laboratoire EGEAT de l’Université d’Oran 2. Mes recherches portent sur la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC), la planification de l’Espace Maritime (PEM) et les Aires Marines Protégées (AMP) en Algérie. Ce travail focalise sur un cas d’étude « le complexe humide de la basse vallée de la Tafna et l’île de Rachgoun ». L’île de Rachgoun se trouve à environ 4 milles de la côte, à l’ouest d’Oran et non loin de la frontière algéro-marocaine (https://pimatlas.org/rachgoun/). Je m’intéresse plus précisément à l’étude des systèmes socio-écologiques côtiers notamment les interactions Homme-Nature (la société des pêcheurs autour de l’ile, et les Agriculteurs de la basse vallée), à l’évaluation de vulnérabilité des milieux côtiers et à la dynamique des zones côtières en utilisant une approche multidisciplinaire. Dans mon projet de recherche, j’intègre le travail de terrain auprès des acteurs locaux (questionnaires, entretiens, ateliers multi-acteurs) et les outils du Système d’Information Géographique (pour la cartographie).

Était-ce la première fois que vous participiez à un atelier doctoral ? Quelles sont vos attentes en général pour ce type de manifestations, et quels étaient vos attentes pour celui-ci ?

Oui, c’était la première fois que je participais à un atelier doctoral. En tant que chercheuse, cette manifestation m’a permis d’étendre mon réseau professionnel, ouvrant la voie à de potentielles collaborations fructueuses. En tant que géographe, avec une perspective environnementale, l’objectif était d’approfondir mes compétences professionnelles avec un groupe d’historiens et d’anthropologues, en vue de développer une vue synoptique sur les espaces insulaires méditerranéens en intégrant une dimension anthropologique, sociale et historique.

Y-a-t-il une thématique abordée pendant cet atelier qui vous a particulièrement intéressé, et pourquoi ?

L’intervention de Daniel Faget « Identités insulaires : Yánnis D. Yérakis, ou la communauté des pêcheurs d’éponges de Kalymnos (1850-1950) » qui appréhende l’histoire de la pêche des éponges comme un témoignage pouvant expliquer tout un mécanisme d’interactions au sein d’une société de pêche pour les futures générations m’a particulièrement intéressé. Elle a aussi permis d’engager la discussion sur l’importance de l’interdisciplinarité pour la compréhension des systèmes insulaires, terrains aussi spécifiques que complexes. Le voyage à travers l’histoire de cette pêche m’amènera à reconsidérer un certain nombre d’objets, à l’échelle de l’île de Rachgoun. Je pense en particulier aux répercussions sociales et environnementales des activités halieutiques, que j’intègrerai dans mes prochaines enquêtes.

Les échanges quotidiens avec les formateurs et les doctorants sont plus que bénéfiques.

Que vous ont apporté les échanges avec les formateurs et les doctorants d’autres disciplines que la vôtre ? Le fait de se côtoyer pendant près d’une semaine, c’est plutôt enrichissant… ou fatiguant ?

Oui ! Ce fut une semaine fatigante… mais tellement enrichissante ! Les échanges quotidiens avec les formateurs et les doctorants sont plus que bénéfiques. C’est justement cette continuité dans le dialogue que permet ce format de l’atelier doctoral. Personnellement, j’ai profité de cette semaine pour m’enrichir du point de vue méthodologique et intellectuel, moi qui aie surtout un background que l’on peut dire « technique ». Que ce soit lors de la présentation de mes recherches, ou lors de la discussion qui a suivi, j’ai ainsi pu décentrer mon regard, envisageant mon cas d’étude à travers la diversité des mécanismes sociaux et des mutations des écosystèmes qui s’imbriquent dans la gestion des espaces insulaires.

Vous avez effectué une sortie à Naples pour visiter l’Archivio di Stato et le musée Cartastorie, qu’avez-vous pensé et retenu de cette sortie ?

Les visites de l’Archivio di Stato et du musée Cartastorie étaient magnifiques, et assurémet très utiles pour ceux qui s’appuient sur les archives dans le cadre de leurs recherches. Malheureusement, par défaut de maitrise de langue Italienne, j’ai été limitée dans la prise de toutes les informations. J’ai néanmoins pu apprécier les techniques et les modes de conservation et d’organisation de patrimoine documentaire considérable, ainsi que le caractère innovant et assez audacieux de la muséographie qui nous fait voyager dans ces amas de papiers et d’objets.  

Une fois que vous aurez terminé votre thèse, avez-vous un objectif professionnel en particulier ?

Actuellement, j’ambitionne de valoriser une partie de mes recherches sur la côte Ouest de l’Algérie par un documentaire réalisé auprès des pêcheurs. Intitulé « A Small Storytelling Project », il a pour objectif de mettre en avant les savoir-faire locaux qui sont maintenus par ce que l’on appelle les « petits métiers » (pêche artisanale) par opposition à la grande pêche (pêche industrielle). Il s’agira ce faisant de promouvoir les bonnes pratiques de l’exploitation de la mer et de ses ressources, tout en présentant les multiples menaces qui pèsent actuellement sur la vie marine et océanique. À court terme, mon projet est d’intégrer une équipe de recherche internationale comme post-doctorante. Cela me permettra de développer les compétences acquises lors de ma formation doctorale relatives à la gestion des systèmes socioécologiques côtiers et la planification de l’espace marin, tout en acquérant une expérience dans la gestion de projet. Car, à plus long terme, cela me permettra de mettre en route mon projet d’une vaste plateforme numérique multicritère regroupant un large éventail de données pour l’étude du littoral nord-africain.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2023, 1 mars). Retour sur le premier atelier doctoral du programme Gouviles (2/3) avec Rabia Yahia Meddah. Gouverner les îles. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search