« Un observatoire insulaire de la Méditerranée occidentale : Corse et Sardaigne, XIIIe-XVe siècle », par Vannina Marchi van Cauwelaert

Le 10 décembre 2022, Vannina Marchi van Cauwelaert a soutenu son habilitation à diriger des recherche « Un observatoire insulaire de la Méditerranée occidentale : Corse et Sardaigne, XIIIe-XVe siècle », à l’Université de Paris Sorbonne devant un jury composé de :

  • Élisabeth Crouzet-Pavan, professeure Sorbonne-Université, garante
  • Ilaria Taddei, professeure Université de Grenoble, rapporteure
  • Stéphane Péquignot, directeur d’études, École pratique des Hautes Études, rapporteur
  • Roser Salicrù i Lluch, directrice de recherche, CSIC Barcelone
  • Franco Franceschi, professeur, Université de Sienne
  • Antoine-Marie Graziani, professeur, Université de Corse, président du jury

 Petites ou grandes, [les] îles de toutes formes et dimensions, constituent un milieu humain cohérent, dans la mesure où pèsent sur elles des contraintes analogues qui les placent à la fois très en retard et très en avance, par rapport à l’histoire générale de la mer ; qui les partagent    souvent avec brutalité entre ces deux pôles opposés, archaïsme et nouveauté  (Fernand Braudel)

          Cette citation de La Méditerranée de Braudel se trouve à l’origine d’un projet de recherche qui a voulu placer la Corse au centre d’une réflexion sur l’insularité méditerranéenne au bas Moyen Âge. Marquées par une vision empreinte d’un certain essentialisme révélateur d’une époque, que résument l’opposition entre « archaïsme et nouveauté », et la référence à la « brutalité » des contacts avec la mer, les très belles pages de Fernand Braudel consacrées aux îles traçaient, néanmoins, un programme de recherche stimulant pour faire de la Corse, et de sa voisine sarde à laquelle elle était étroitement connectée au bas Moyen Âge, un observatoire insulaire de la Méditerranée occidentale. Inscrite dans un arc chronologique large allant de la genèse du Regnum Sardiniae et Corsicae au XIIIe siècle, à la naissance définitive d’une frontière politique entre Corse génoise et Sardaigne aragonaise au XVe siècle, l’enquête a porté sur les représentations concurrentes des îles, la place des acteurs insulaires dans les relations diplomatiques méditerranéennes et la naissance de premiers gouvernements ultramarins.

Insularité et iléité : les représentations de la Corse et de la Sardaigne

          Selon les géographes, l’île se définit avant tout comme « un espace entouré d’eau de toutes parts ». En fonction de l’échelle, cette définition peut toutefois aussi bien s’appliquer à un simple écueil, qu’à un îlot ou à un continent. De cette ambiguïté originelle de la définition de l’île découle l’une de ses spécificités : l’île est souvent perçue comme un microcosme – un mini continent, dont la taille réduite faciliterait tout autant l’étude que la domination.

           Au bas Moyen Âge, les îles furent d’abord l’objet d’une représentation cartographique au sein de l’espace maritime, avec les cartes marines, puis en tant que territoire isolé et circonscrit par la mer, avec les isolarii. Sur le plan politique, elles furent souvent le siège de petits royaumes placés au cœur des rivalités méditerranéennes : royaume de Majorque, royaume de Sicile, royaume de Chypre, et bien sûr le royaume de Sardaigne et de Corse, objet de la présente étude.

          Ces « royaumes dans la mer » ainsi qu’était définie l’île de Majorque dans la chronique de Jacques Ier d’Aragon au XIIIe siècle, étaient d’autant plus convoités que leur possession était conçue comme un moyen de contrôler l’espace maritime. Entre la fin du XIIIe et le XVe siècle, l’évolution des cartes marines, dans le contexte des croisades et de l’expansion occidentale, figure ainsi les étapes d’une conquête culturelle ayant permis une « territorialisation » de la mer Méditerranée (Emmanuelle Vagnon, Guillaume Calafat). Une évolution des représentations au sein de laquelle les îles jouèrent un rôle essentiel : parées des bannières de leurs glorieux possesseurs, les îles jalonnaient l’espace méditerranéen, en contribuant à définir un partage de la mer entre Catalans, Génois et Vénitiens.

Corse et Sardaigne sur la carte d’Angelino Dulcert, 1339 (BnF, Gallica)

          Dès le début du XIVe siècle, des représentations de la Corse et de la Sardaigne délimitèrent ainsi une nouvelle zone de contacts maritimes entre Gênes et la Couronne d’Aragon. Les toponymes indiqués renvoient aux principaux itinéraires de navigation et démontrent l’insertion des îles au commerce méditerranéen :

Sur le célèbre atlas catalan de 1375, l’absence de Bonifacio interpelle tandis qu’apparaît la première mention de Cinarca, siège de la fortification éponyme qui contrôlait tout le littoral sud occidental de l’île, domaine des comtes de Corse alliés au roi d’Aragon. D’Alghero à Cinarca, les toponymes décrivent ainsi un système défensif aragonais dans lequel se déployait la course corso-catalane contre Gênes et Bonifacio.

          Situées au cœur du bassin occidental, la Corse et la Sardaigne, séparées par un détroit d’une dizaine de kilomètres seulement, constituaient un carrefour maritime entre l’Italie, la Provence et l’Afrique du Nord d’une part ; entre la péninsule Ibérique, l’Italie et l’Orient d’autre part. Ce positionnement stratégique plaça les insulaires au cœur des grands affrontements méditerranéens du bas Moyen Âge : Pise et Gênes, guelfes et gibelins, Génois et Aragonais.

          Corse et Sardaigne formèrent ainsi un espace en guerre marqué par une résistance continue aux conquêtes militaires, ce qui alimenta des stéréotypes communs livrés par les descriptions géographiques, les récits de voyages et les textes historiographiques : sauvagerie, versatilité, misère seraient ainsi les principales caractéristiques de ces milieux insulaires.

          Face à ces représentations insistant plutôt sur l’extranéité des îles, fruit d’un ressentiment catalan et génois né des difficultés de leur conquête, ou d’une lecture fataliste de l’histoire portée notamment par le chroniqueur corse Giovanni della Grossa (XVe siècle), des éléments de dynamisme liés à une forte connectivité méditerranéenne se perçoivent également.

          La création et le développement de Bonifacio permirent de faire du sud de la Corse et du nord de la Sardaigne une « micro-région écologique » (P. Horden, N. Purcell), caractérisée par un flux constant de marchandises, d’hommes et d’idées. La notion d’archipel paraît ainsi opératoire pour définir les relations entre les deux îles. Elle ne se traduisit, cependant, jamais par une réelle unité politique malgré les tentatives impériales, pontificales, génoises et aragonaises. La question du rôle des acteurs insulaires se trouve dès lors au cœur de la réflexion.

Bonifacio et le détroit corso-sarde (wikipedia)

          Le rôle des acteurs insulaires dans le flot des événements méditerranéens

            S’intéresser aux acteurs insulaires, à leurs motivations, leurs stratégies et leurs moyens, impliquait une première étape de relecture de l’histoire de l’espace tyrrhénien, afin de connecter les événements locaux aux évolutions politiques méditerranéennes globales, qui aboutirent à une reconfiguration des îles entre XIIIe et XVe siècle. L’événement se trouve en effet au cœur de l’histoire des îles : des espaces sans cesse soumis aux revirements de la politique méditerranéenne.

          La mise en relation de bibliographies issues d’une érudition locale trop souvent cloisonnée, et la collecte de toutes les sources disponibles, a ainsi permis de retracer les lignes de force de l’histoire politique de la Corse et de la Sardaigne aux XIIIe-XVe siècles.

          L’enquête a révélé que l’apparente versatilité des acteurs locaux témoignait en réalité d’une tentative d’adaptation constante aux évolutions du rapport de force méditerranéen. Les yeux rivés sur la mer, les seigneurs corses et sardes guettaient la moindre opportunité de s’insérer dans les conflits méditerranéens pour renforcer leur propre domination sur les îles. Contrairement à une vision communément admise, l’attitude des insulaires face à l’événement ne fut donc en rien passive.

          Ainsi Ugone II d’Arborea vit-il en Jacques II d’Aragon un allié indispensable pour se débarrasser de la tutelle encombrante de Pise et se faire « roi de Sardaigne ». En Corse, Giudice di Cinarca sut profiter de la lutte entre guelfes et gibelins pour donner naissance à une esquisse d’État seigneurial souverain. Se mouvant dans un temps extrêmement court, ainsi que l’avait souligné Braudel lui-même dans le 3e volume de la Méditerranée, les acteurs insulaires devaient en premier lieu se tenir informés du moindre soubresaut du contexte méditerranéen. Bien que très lacunaire, la documentation renvoie l’écho de cette recherche constante d’informations et d’une circulation permanente des nouvelles entre les îles et la mer.

          Des tractations diplomatiques à l’armement d’une flotte à Gênes ou à Barcelone, pas un événement qui ne suscitât des commentaires et discussions au sein des îles. De l’information à la rumeur, le pas fut souvent franchi afin d’alimenter une propagande visant à fédérer les Corses et les Sardes, et à alimenter la résistance aux conquêtes. Ainsi, dans la seconde moitié du XIVe siècle le juge d’Arborea en guerre contre le roi d’Aragon prétendit-il avoir le soutien du pape contre les Catalans ; à la fin du XVe siècle, en lutte contre Gênes, le dernier comte de Corse affirma-t-il l’arrivée de secours maritimes imminents, et se plaça sous la légitimité théorique de Ferdinand II d’Aragon.

          Cette aptitude à exploiter le contexte politique méditerranéen semble être l’une des clefs d’interprétation de la vigueur et de la rapidité de diffusion des révoltes en Corse et en Sardaigne. L’exemple voisin des Vêpres siciliennes paraît à cet égard paradigmatique : il démontre la capacité des îles à provoquer l’événement. On retrouve des formes similaires dans la révolte des Sardes contre les Pisans, à la veille de la conquête de Jacques II. En Corse, les dernières révoltes seigneuriales intervinrent lors de troubles politiques qui agitaient Gênes.

          Dans les îles, la diffusion des informations et la communication politique se fondaient sur la réunion de grandes assemblées communautaires. En Sardaigne, les documents livrent quelques informations sur l’assemblée de la ville d’Oristano et l’organisation communautaire des villages de l’intérieur. Dans les deux îles, une influence communale pisano-génoise paraît probable. En Corse la comparaison des chroniques et des documents d’archives renseigne sur le fonctionnement des vedute, ces « parlements à ciel ouvert » qui se réunissaient dans les plaines et les principaux cols. Ces traces documentaires fugaces n’offrent cependant qu’un lointain reflet de l’intense activité parlementaire qui structurait la vie des Corses et des Sardes au bas Moyen Âge.

Vestige d’une des deux tours de la fortification de Biguglia qui domine la plaine de la Marana où se tenaient les vedute generale au XVe siècle, on distingue l’île d’Elbe au loin (cl. Arkemine)

          Vis-à-vis de l’extérieur, la circulation des nouvelles se fondait sur un réseau d’informateurs et des échanges diplomatiques. Centre d’un important trafic commercial méditerranéen, le port d’Oristano offrait aux juge d’Arborea un débouché sur la mer. En Corse, le cabotage régulier qui reliait les marines des seigneuries au port de Bonifacio et à la Sardaigne, fut très certainement pourvoyeur de nombreuses informations.

          Pour s’insérer dans le rapport de force méditerranéen, les insulaires surent également mobiliser les instruments de la diplomatie. Un jeu d’échelle s’observe toutefois entre la Sardaigne et la Corse. Si les juges sardes surent mener une réelle activité diplomatique s’appuyant sur des intermédiaires expérimentés, notamment à la Curie pontificale, et la production de documents de chancelleries spécifiques, les seigneurs corses semblent s’être limités à quelques échanges épistolaires et à des interventions directes à Bonifacio, à Gênes, à Barcelone et à Rome. L’exemple du corpus de lettres de Vincentello d’Istria, datées du premier quart du XVe siècle, met en lumière les incertitudes du seigneur corse et son extrême précarité en tant qu’acteur méditerranéen.

          Selon la belle formule du chroniqueur Giovanni della Grossa, malgré leurs efforts, les Corses, délaissés par leurs alliés – qui ne voyaient en eux que des acteurs très secondaires – se trouvèrent bien souvent jetés en pleine mer et livrés aux flots perpétuels des événements. Le poids des incertitudes semble ainsi pouvoir expliquer l’échec des tentatives locales d’affirmation d’une Communitas Regni.

            Insularité et gouvernement à distance : pour une histoire comparée de la Corse et de la Sardaigne aux XVe-XVIe s.

          En Corse comme en Sardaigne, le XIVe siècle vit émerger une nouvelle force politique : le populus. Longtemps interprété, dans le cas de la Corse, dans le sens communal italien de popolo, le populus Corsicae et le populus Sardiniae semblent plutôt relever de formes insulaires de communautés de royaumes. La Communitas Corsicae, qui apparaît une première fois dans un document sicilien de 1283 et s’affirme définitivement dans le contexte de la révolte populaire du milieu du XIVe siècle et de la dédition à Gênes, fédérait l’ensemble des structures communautaires de pieve au sein d’une grande assemblée qualifiée de Veduta Generale. Ce parlement pouvait être convoqué par un seigneur de Cinarca en vue de se faire proclamer comte mais avait également la capacité de s’autosaisir afin notamment de désigner des ambassadeurs à envoyer à Gênes, à Rome ou à Barcelone.

          À défaut de chronique locale, le fonctionnement de l’assemblée du populus Sardiniae et son lien avec la Corona de Logu demeure plus difficile à reconstituer dans l’immédiat. Il reste que dans les deux îles, l’action diplomatique du populus vint peu à peu concurrencer celle des seigneurs et permit aux Génois en Corse, et aux Aragonais en Sardaigne, de se constituer de puissants alliés locaux, dont le soutien fut déterminant dans la conquête définitive des îles au XVe siècle. 

          Construits sur les cendres d’une guerre méditerranéenne de plus de cent ans, les nouveaux états dirigés à distances depuis les péninsules, mis en place dans les îles à la fin du Moyen Âge, s’appuyèrent donc sur une adhésion populaire représentée par des procureurs du populus Sardiniae et du populus Corsicae qui signèrent la paix, en échange de la confirmation de leurs statuts : paix de San Luri en Sardaigne (1410) ; Capitula corsorum en Corse (1453).

Requête du popolo tutto universalemente di Corsica aux Protecteurs de Saint-Georges, 1484 (ASG-Musée Correr)

          La naissance des administrations génoises et aragonaises conduisit cependant à reconfigurer le dialogue entre gouvernants et gouvernés, en transformant les anciennes assemblées locales. En Sardaigne, ce fut le modèle des Corts catalanes qui s’imposa. Introduit en 1355 par Pierre le Cérémonieux, il ne devint véritablement opératoire que sous le règne d’Alphonse V. L’ancien populus Sardiniae semble y avoir été représenté par le Bras militaire.

          En Corse, les vedute generale évoluèrent en cérémonie d’investiture des nouveaux gouverneurs et le cadre urbain de Bastia se substitua aux anciens cols et plaines. Le dialogue avec le populus Corsicae paraît par ailleurs avoir été confisqué par la création du conseil des nobles XII sur lequel des recherches plus approfondies devront être menées.

          Dans les deux îles, un dialogue direct persista, entre le roi et les Sardes et entre les Protecteurs de Saint-Georges et les Corses, au travers des lettres et pétitions des notables et communautés. Ces échanges épistolaires devinrent ainsi le principal lieu de la négociation politique, à la fin du Moyen Âge. Leur étude ouvre de nouvelles perspectives de recherche sur la diffusion de l’écrit et les circulations de modèles culturels entre les péninsules et les îles.

          Toutefois, en Corse comme en Sardaigne, le dialogue entre gouvernants et gouvernés ne parvint pas à mettre un terme définitif aux oppositions. Révoltes et complots révèlent ainsi les limites et la fragilité de ces États ultramarins. Un mal governo diffus se dégage des sources faisant le lit des résistances et de la violence. Plutôt qu’une corruption généralisée des officiers qui serait liée à la distance et aux difficultés de contrôle, il faut voir dans ce mal governo le symptôme d’un manque de moyens chronique pour financer l’administration et la défense militaire des îles. Corse et Sardaigne soulèvent ainsi la question des limites des politiques de domination aragonaises et génoises à la fin du Moyen Âge.

          Parmi les perspectives de recherches qui ont été évoquées lors de la soutenance, les travaux menés dans le cadre du programme Gouviles permettront d’approfondir l’analyse comparée de la Corse génoise et de la Sardaigne aragonaise aux XVe-XVIe siècles, en croisant les perspectives politiques et économiques. La question de l’exploitation des ressources fera notamment l’objet de nouvelles investigations. Les deux îles viendront ainsi s’agencer non seulement dans la réflexion sur l’État territorial italien, en complétant notamment les travaux existants sur la Sicile voisine (Corrao, Silvestri), mais également dans celle sur les premiers Empires d’époque moderne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search