“Îles et ressources naturelles”_compte rendu de la séance 4

La séance de rentrée du séminaire de GOUVILES a permis d’entendre le chercheur allemand Fabian Kümmeler (Austrian Academy of Sciences), invité par Pauline Guéna (UMR TELEMMe) à discuter de la publication récente de sa monographie portant sur l’île de Korčula : Korčula. Ländliche Lebenswelten und Gemeinschaften im venezianischen Dalmatien (1420–1499) [=Korčula. Rural Lifeworlds and Communities in Venetian Dalmatia (1420-1499)], Berlin/Boston, De Gruyter Oldenbourg, 2021.

Présentée il y a déjà plusieurs années par Oliver Jens Schmitt comme un possible « Montaillou Balkanique », cette île est en effet remarquable par la préservation de ses archives communales, qui donnent lieu ici à une étude extrêmement précise de la vie sociale et économique de l’île, y compris dans ses aspects ruraux – des éléments sur lesquels on a très peu de visibilité à l’est de l’Adriatique au XVe siècle.

Ayant volontairement rejoint le Stato da Mar vénitien en 1420, l’île a connu peu d’attaques avant l’incursion ottomane de 1571. La Sérénissime envoie peu d’administrateurs, et approuve les statuts préexistants, qui prévoient entre autres des règles d’ajustement entre culture des champs et vignes et activités pastorales. L’île se démarque du continent de plusieurs manières : par exemple par l’absence de trace de féodalisme et par l’absence de baux emphytéotiques, auxquels sont préférés des baux de plus courte durée. En 1553, elle comptait 5000 habitants selon l’administration vénitienne, dont une grande partie vit dans les quatre grands villages de l’île (Blato, Smokvica, Čara et Žrnovo), distincts du port de Korčula.

Tendanciellement importatrice de céréales, l’île exporte du vin, des figues, des amandes, mais aussi les produits de l’élevage (peaux et fromages). La précision des sources permet de revenir finement sur l’administration des ressources naturelles, par exemple à travers l’existence de gardes des vignes (pudarii) ou de gardes des champs (posticii) impliqués dans de nombreux micro-conflits (entre cultivateurs et bergers, entre patriciens et populaires…)

Parmi les ressources de l’île, le bois est abondant plus abondant que sur la côte dalmate, grâce à de grandes forêts (surtout de pins). Elles nourrissent des usages locaux, ainsi qu’une activité de construction navale, et de production de poix exportée ensuite vers Venise. Au cours du XVe siècle les régulations se durcissent sur ces usages, par exemple pour interdire les feux liés à la production de poix de mi-juillet à mi-aout, ou pour établir des zones protégées de forêts. Des mesures qui ne parviennent pas à endiguer la déforestation de l’île visible au XVIe siècle.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2022, 25 novembre). “Îles et ressources naturelles”_compte rendu de la séance 4. Gouverner les îles. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search