“Îles-frontières”_compte rendu de la séance 5

Cette dernière séance de l’année 2022 était consacrée au thème de l’île-frontière, et plus particulièrement au rôle des îles dans les processus de frontiérisation et les évolutions des espaces de circulations migratoires depuis les années 1980. Nous recevions la politologue Marie Bassi (Université de Nice Sophia-Antipolis / UPR Ermes) et la géographe Camille Schmoll (EHESS / UMR Géographie-cités), toutes deux spécialistes des politiques d’immigration et d’asile en Europe et en Méditerranée.

Les cas insulaires sicilien et maltais constituent de précieux laboratoires, des lieux de condensations, pour observer les évolutions récentes des politiques migratoires en Méditerranée. Celles-ci sont marqués par la production de nombreux outils politiques et dispositifs de contrôle et d’accueil, tels que les centres de tri et les camps, où s’entremêlent logiques humanitaire et sécuritaire. À partir des années 2000, la Sicile est devenue la principale zone d’arrivée des migrants venus du sud de la Méditerranée, catalysant l’attention médiatique et politique. Cette mise en visibilité, parfois intermittente comme à Lampedusa, a contribué à cadrer cet espace insulaire comme une frontière. Les îles méditerranéennes sont ainsi devenues les symboles de cette nouvelle morphologie des frontières, plus épaisses et plus mobiles que celles figées sur nos cartes. La logique de l’encampement qui a prévalu depuis a aussi participé à faire ressurgir l’image de l’île-prison dans lesquelles les migrants se retrouvent coincés parfois plusieurs années. Le dispositif frontalier, et en particulier le camp, créé de l’immobilisation, de la privation de liberté de mouvement et d’intimité, marques du carceralscape autant que du moralscape. La lecture proposée par les deux intervenantes conduit également à questionner l’impact de ces politiques sur les sociétés insulaires à travers la dimension économique de l’encampement et plus généralement des politiques migratoires. Les dispositifs d’accueil, porté par les collectivités locales et le tissu associatif, ont représenté une manne de subventions étatiques et de revenus pour un grand nombre d’acteurs. Ce fut là l’un des moteurs des mobilisations militantes locales qui sont passées, depuis la fin des années 1980, d’un antirascisme classique à la lutte contre le régime des frontières. Celui-ci d’ailleurs indirectement contribué à la politisation des populations insulaires, s’imbriquant par ailleurs dans un ensemble de représentations collectives et de combats politiques comme la lutte contre la mafia. Aux formes de solidarité et d’humanisme très forts dont ont fait preuve les populations insulaires, se sont ajoutées des stratégies d’adaptation singulières pour concilier les activités et les sources de revenus locales, comme le tourisme, à l’accueil des migrants, mais aussi à manifester leur volonté de défendre le droit au séjour et à la mobilité comme en témoigne l’adoption de la charte de Palerme de 2015 par de nombreuses municipalités sur tout le pourtour méditerranéen.

Marie Bassi, “Lampedusa. Dynamics of bordering and “encampment””, dans T. Caponio, P. Shcolten, R. Zapata-Barrero (eds),The Routledge Handbook of the Governance of Migration and Diversity in Cities, Londres, Routledge, 2019.


Nathalie Bernardie-Tahir, Camille Schmoll, “Opening up the Island: a ‘counter-islandness’ approach to migration in Malta”, Island Studies Journal, Vol. 9, N.1, 2014, p. 43-56.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2022, 24 novembre). “Îles-frontières”_compte rendu de la séance 5. Gouverner les îles. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search