“Histoire et archéologie des mondes insulaires”_compte rendu de la séance 2

Séminaire « Gouverner les îles », séance du 25 mai 2022, 16h-18h, Université Toulouse-Jean Jaurès

Pour cette seconde séance, le séminaire recevait Vannina Marchi Van Cauwelaert (Université de Corse / UMR Lisa) et Sandra Montón-Subias (Universitat Pompeu Fabra) pour appréhender les espaces insulaires à partir de recherches articulant histoire et archéologie.

À partir du cas corse, Vannina Marchi Van Cauwelert est d’abord revenue sur le concept de colonisation médiévale appliqué à la Corse et sur la place des espaces insulaires dans les projections ultra-marine de Gênes. Objet d’une rivalité avec Pise depuis le XIIe siècle, la Corse est conquise par Gênes à la fin du XIIIe siècle et occupée de manière plus ou moins continue jusqu’au XVIIIe siècle. Sa position géographique, à la frontière de la péninsule italienne et de la Sardaigne, en fait une étape du commerce maritime entre l’Europe à l’Afrique du Nord et lui confère une double nature, à la fois d’insularité et d’inter-visibilité. Cette duplication d’interfaces entre mers et continents détermine aussi la nature de la domination territoriale génoise, la Corse étant envisagée comme une « troisième rivière », comme un relais de son expansion maritime, encore visible aujourd’hui à travers les restes de forts qui jonchent le pourtour côtier de l’île. En unifiant la Terra del Comune du nord au Stato Cinarchese du sud, en impulsant l’urbanisation de sa façade méridionale comme en témoigne la fondation de Bonifacio à la fin du XIIIe siècle, Gênes cherche à déployer son influence politique et économique sur l’ensemble de l’espace insulaire. Déléguée à l’Office de Saint-Georges en 1453, la colonisation de l’île s’accélère par une importante réorganisation urbaine et rurale, la destruction systématique des structures féodales et agro-pastorales préexistantes, qui contribue à dépeupler le centre de l’île et à appauvrir la population. Cette reconfiguration de la société corse peut se lire à la lumière d’autres formes d’empires maritimes comme celui vénitien ou de processus coloniaux plus tardifs comme les colonisations françaises au Maghreb. Reste que Gênes demeure une puissance littorale et maritime plus que terrestre. Son mode de gouvernement indirect, qui s’appuie sur des élites locales émergentes, fragilise sa domination malgré un quadrillage territorial efficace, et renforce les pouvoirs dynastiques locaux et l’identité insulaire, conduisant à de nombreux complots et insubordinations. Les « nouveaux seigneurs », qui ne parviennent pas à grimper dans les carrières génoises, cantonnés à un rôle de subalternes, se retrouveront à leur tour les cibles des révoltes qui se multiplient à la fin de l’occupation génoise au XVIIIe siècle.

Vers d’autres rives, Sandra Montón-Subias est revenue sur les traces matérielles et immatérielles laissées par les occupations successives de l’île. Elle a présenté pour cela ses dernières recherches effectuées sur l’île de Guam et les îles Marianes, situées à l’est de l’archipel philippin, à la lisière de l’Océan Pacifique, et dont la première mission jésuite au milieu du XVIIIe siècle marque le début de la colonisation européennes. L’archéologie est ici mobilisée pour appréhender les cultures matérielles reflétant les pratiques de colonisation : les objets, les activités de production et de reproduction des communautés Latte (textile, soin, cuisine, hygiène, socialisation). Ces formes sont saisies par les Jésuites qui en font des vecteurs de colonisation. C’est le cas notamment de l’éducation encadrée auparavant par la communauté. Ainsi, la politique scolaire de la congrégation entraîne la création d’écoles et favorise la scolarisation des enfants en même temps qu’elle impose des normes sociales et des pratiques matérielles (cosmovision, textualisation et textilisation), faisant de ces mêmes enfants des intermédiaires culturels de la colonisation. Les asymétries sociales et culturelles engendrés par la situation coloniale ont imprégné durablement la culture et le patrimoine insulaires de ces îles, que l’historien peut appréhender par la fouille et l’étude des objets retrouvés dans le cadre du projet Aberigua..

.Jean-André Cacellieri, Vannina Marchi van Cauwelaert, Les lieux de mémoire de la Corse médiévale, Ajaccio, Albiana, 2021.

Sandra Montón-Subias, “Gender, Missions, and Maintenance Activities in the Early Modern Globalization: Guam 1668-98”, International Journal of Historical Archeology, vol.23, n°2, 2019.



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2022, 28 octobre). “Histoire et archéologie des mondes insulaires”_compte rendu de la séance 2. Gouverner les îles. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p3wd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search